Bye bye le rasoir !

Pour l’expérience du mois de mai, je vais aborder un sujet encore très tabou : les poils. Voilà, c’est dit. Les poils, cette horreur. Je hais les poils. Peu importe où ils sont situés, ou que ce soit sur une femme ou sur homme, je ne peux pas. Cet article vous concerne  donc également messieurs ! Parce que scoop, les poils ne sont pas qu’une affaire féminine. Anyway.

Comme tout poil-hater qui se respecte, j’ai commencé leur extermination assez jeune. C’est à ce moment-là que j’ai commis une erreur monumentale : dégainer le rasoir. Encore une fois de la pure flemme. (J’en suis pas fière hein). La cire ou l’épilateur, ça fait mal. La crème dépilatoire c’est long. Ridicule et enfantin ? Tout à fait. Reste que j’ai commencé à m’épiler au rasoir, solution la plus facile. Énorme, grossière, fatale erreur.

Structure du poil / ©Futura Science

Pour comprendre, il faut revenir à la base. Lorsqu’on rase le poil – ou qu’on utilise de la crème dépilatoire – on coupe la tige pilaire (c.f. ci-dessus). Alors que lorsqu’on arrache, on enlève le poil entier, avec le bulbe pilaire. Ce dernier doit se reconstruire entièrement, ce qui prend plus de temps et au fil des années, affaiblit le poil. Voilà pour le bla bla biologique. Passons à des choses plus concrètes.

Arrêter d’utiliser le rasoir faisait partie de mes bonnes résolutions 2018. Pour le moment, ça se passe bien et j’ai succombé qu’une seule fois ! J’ai commencé par jeter tous les rasoirs  qui trainaient dans ma salle de bain. Une fois les adieux déchirants terminés, j’ai ressorti  cette machine infernale : mon épilateur. Pour ceux que cela intéresse, c’est un vieux modèle de chez Braun, vous en trouvez des similaires chez Manor ou Interdiscount. Vu que je suis douillette – et pas complètement maso – j’ai commencé à aller chez une esthéticienne environ une fois par mois. Si nécessaire, je fais des retouches entre deux rdv grâce à mon épilateur et je m’occupe des zones « moins délicates ».

Est-ce que j’ai vu des résultats ? Oui, oui et oui. Je devais raser tous les deux jours environ et maintenant je retouche une fois par semaine. Les poils sont moins nombreux yes, bye bye bitches, moins foncés et plus fins. Beaucoup moins de poils incarnés et zéro rougeurs. Attention cependant à bien gommer la peau 24h avant l’épilation et bien hydrater après. Maintenant, je ne vais pas vous mentir. Quand je suis allée chez l’esthéticienne après cinq ans de rasoir, j’ai eu mal. Très mal. J’avais envie de la frapper. (Sorry)

Mais dès la deuxième fois, ça fait déjà moins mal. Maintenant – après seulement cinq mois – ce n’est plus de la douleur mais du désagrément. Et le résultat en vaut clairement la peine. Honnêtement, je ne regrette pas une seconde ce choix. Si j’avais su, je l’aurais même fait  bien plus tôt. C’est également pour ça que je vous en parle. Je me doute bien que ma pilosité vous importe peu mais si cette expérience peut vous dissuader de tomber du côté obscure du rasoir, c’est déjà un peu gagné…

 


Je tiens à préciser que par cet article, je n’encourage personne à s’épiler ou pas. Ce choix est propre aux préférences et aux valeurs de chacun/chacune. Je ne blâme pas celles et ceux qui choisissent de ne pas s’épiler. Je parle en mon nom et je fais part de conseils pour celles et ceux qui ont choisi l’épilation.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s