Mes tatouages, le bilan après six mois

En novembre dernier, je suis devenue majeure. Une semaine après mon anniversaire, je me faisais tatouer. Eh oui, malgré mes argumentations et supplications régulières auprès de ma chère maman pour qu’elle me signe une autorisation, sa réponse avait toujours été la même : « Compte dessus et bois de l’eau. Tu attendras tes dix-huit ans ». Enfin entrée dans le monde des adultes, le 5 décembre 2018, je me suis faite tatouer. Six mois après, il est temps de faire un bilan et de répondre à vos questions. Est-ce que ça fait mal ? Combien cela m’a coûté ? Est-ce que je regrette ? … Tous les secrets de mon « expérience tatouage » sont ici.

Choisir le dessin et l’emplacement

J’ai su très tôt, environ douze ans, qu’un jour, j’aurais un tatouage. Bien sûr, j’ai eu énormément d’idées – bonnes ou beaucoup moins – au fil des années, ce qui a bien fait rire mon entourage d’ailleurs. J’ai toujours eu une certitude, je souhaitais faire un tatouage pour mes soeurs. Plusieurs idées m’ont traversé l’esprit – plus ou moins élaborées – mais je me suis fixée sur le plus simple : la première lettre de leur prénom, sur les côtes droites. Ce tatouage, je l’ai fait pour moi, dans un but plus qu’esthétique. Le placer sur les côtes avait l’avantage qu’on ne le voit presque jamais, même en maillot de bain.

Pour le deuxième tatouage, la principale difficulté – également ma plus grosse peur – était de trouver quelque chose qui me plaise, mais dont je ne me lasse pas durant les septante années qu’il me reste à vivre. Je suis tombée par hasard sur une photo où une fille avait des fleurs tatouées sur l’avant-bras gauche. J’ai eu un véritable coup de coeur pour le design, mais l’emplacement me dérangeait. Premièrement, cacher un tatouage sur l’avant-bras est compliqué et deuxièmement, j’avais peur de m’en lasser si je le voyais tout le temps. J’ai donc décidé de « remonter » et de placer deux roses sur l’intérieur de l’humérus.

Je savais quels emplacements et quels tatouages je désirais, il fallait maintenant trouver le tatoueur.

Trouver un bon tatoueur 

Soyez patient. Très honnêtement, c’est ce qui m’a pris le plus de temps. J’ai cherché sur les réseaux, sur Instagram et j’ai énormément demandé autour de moi, avant de trouver la perle rare : zoe.vo.art. Elle tatoue chez Ethno Tattoo, à Lausanne. On s’est beaucoup écrit, je lui ai montré ce que je désirais et m’a proposé un dessin, que j’ai ensuite un peu corrigé.

En plus d’être très talentueuse, elle est vraiment super et m’a mise en confiance. Attention à prévoir, elle a souvent au moins trois mois d’attente… Niveau prix, j’ai payé 600 CHF, au total pour les deux tatouages. Un acompte de 100CHF quand j’ai pris le rendez-vous et 500 CHF le jour J. Je vous conseille – si vous avez des relativement petites pièces – de voir si c’est possible de faire les deux le même jour. En effet, sont compris dans le prix de base le matériel (aiguilles, encre, …) ainsi que les charges fixes. Faire deux tatouages en même temps vous permet d’économiser sur ce prix de base.

La session de tatouage

J’ai reçu quelques instructions : dormir assez, manger et boire, et pas d’alcool dans les 24 heures précédant la session de tatouage. Je n’ai pas mis de crème anesthésiante pour la simple et bonne raison que cela fait glisser l’aiguille.

Zoé a d’abord posé un calque du tatouage, afin que je sois sûre à 100% de l’endroit. Puis, elle l’enlève et cela laisse cette marque violette du tatouage. Et puis, c’est parti ! J’ai commencé par les roses – environ deux heures et demies de travail – et fini par les deux lettres, faites en dix minutes.

Honnêtement, j’ai eu mal au bras, surtout dans l’intérieur. Mais bon, je savais que j’allais avoir mal, j’ai serré les dents et c’était supportable. Les côtes, j’ai presque rien senti. Une fois le tatouage terminée, elle met un papier collant pour le protéger et voilà, terminé !

L’après

Ne prévoyez rien après, vous allez être crevé. Reposez-vous, une session de tatouage c’est très fatiguant.

Niveau cicatrisation, certains tatoueurs disent d’enlever le plastique au bout de trois jours, d’autre au bout de 24heures. J’ai opté pour la première option. Ensuite, il faut nettoyer matin et soir avec un savon au pH neutre et appliquer une crème cicatrisante. Attention tout de même, il faut laisser sécher un tatouage et ne pas l’enduire de crème H24. Il ne faut pas non plus gratter, surtout surtout pas. Si ça vous démange terriblement, dormez avec des gants – oui je suis sérieuse – afin d’éviter de vous gratter malgré vous.

Le surplus d'encre

Autre point important à soulever, si le lendemain votre tatouage ressemble à la photo ci-dessu. Ne paniquez pas, il s’agit d’un surplus d’encre. La peau fait ressortir l’encre en trop, ne vous affolez pas, c’est normal.

Enfin, il est important de savoir que pour une bonne cicatrisation, pas de sport pendant dix jours.

Ma conclusion

Six mois plus tard, je ne regrette rien. Je n’ai pas encore la folie des tatouages et envie d’en faire plein partout, je suis contente avec ceux que j’ai.

N’ayez pas peur de mettre le prix. Cela va rester sur votre peau à vie. À vie. Choisissez bien le tatoueur qui vous convient. Écumez tout le pays s’il le faut. Et surtout, prenez le temps, un tatouage c’est une aventure et il faut bien la préparer.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s